Accueil‎ > ‎Le lycée‎ > ‎Actualités du Lycée‎ > ‎

Cannes : Une suite, les articles "retours" de nos 5 critiques en herbe!

publié le 25 juin 2017 à 15:58 par Louisa MAZOUZ   [ mis à jour : 25 juin 2017 à 16:00 ]
Découvrez les témoignages de nos 5 critiques de cinéma en herbe!

Mana :
Cette expérience à Cannes a pour moi été utopique. J'ai toujours adoré le cinéma, particulièrement le cinéma indépendant et découvrir de nouveaux films, de nouveaux réalisateurs à la Semaine de la Critique était une grande chance. Nous avons pu découvrir la critique de cinéma, de films grâce à de intervenants plutôt reconnu comme Charles Tesson ou Sandrine Marques. Cette première approche à la critique cinématographique a été très enrichissante afin d'aiguiser nos réflexions sur la façon de visionner un film. Je remercie aussi tout particulièrement l'OFAJ qui nous a permis de participer à cet échange franco-allemand fort intéressant sur un sujet qui nous rassemble tous, ce qui facilite grandement l'échange. La critique filmique nous a été présentée sous différents aspects, la critique presse et la critique radio, il était donc fort intéressant de découvrir les nuances entre ces différents supports. Nous avons assisté à de nombreuses projections de films dont nous n'avions pas forcément l'habitude ce qui était encore plus intriguant. De surcroît, avec Océane Brival nous avons eu la bonne fortune de rencontrer Niels Schneider un acteur que nous aimons tout particulièrement avec qui nous avons pu échanger pendant un petit temps, ce qui m'a rempli d'espoir sur le fait que les gens de ce milieu pouvait être avenant avec des jeunes débordant de rêves sur le septième art. Cette expérience m'a confirmé les projets post-bac que j'aimerais entreprendre dans l'audiovisuel et dans le cinéma. Et il y a un adage que j'aimerais vous partager d'un réalisateur que j'admire Xavier Dolan "Je pense que tout est possible à qui rêve, ose, travaille et n'abandonne jamais".  

Deborah :
Chère Madame Cavillan , je souhaite vous écrire cette lettre pour vous remercier de tous ce que vous avez pu nous proposer durant ce séjour. Ce fut une semaine inoubliable , une opportunité jamais donnée. 
Nous avons vécu telles des célébrités avec des restaurants des sorties au cinéma et pleins d'autres choses comme la rencontre de réalisateurs ou de critiques de cinéma. D'ailleurs, le fait d'avoir travaillé avec des critiques de cinéma m'a permis d'apprendre de nombreuses choses. J'ai fais de belles rencontres ce séjour restera à jamais graver dans ma mémoire. Je tenais également à remercier tout le personnel qui nous a accompagnés avec gentillesse durant les 5 jours. Ce n'est pas tous les jours qu'on côtoie des allemands et je trouve ça génial d'avoir pu "vivre" avec des germanophones. Toutes les activités proposées ont été agréables et enrichissantes! C'est pour cela que je souhaiterai remercier l'OFAJ de nous avoir sélectionnés !(je n'en reviens toujours pas).
 
                             Merci beaucoup, bonne continuation. 

Yassine :
Cannes ou l'aube de mes rêves

En cette année 2017 nous avons eu l'incroyable opportunités de participer à la 56e semaine de la critique à Cannes et ce grâce à l' OFAJ. Il y a quelque temps de cela nous n'osions même pas en rêver et pourtant nous y étions...Je peux aisément affirmer que cette sélection fut l'une des plus belles surprises qu'il m'ait été donné d'avoir dans ma vie. Chaque jours était spéciale et s'est avéré riche en découverte toujours plus merveilleuses les unes que les autres. La journée du mercredi m'a particulièrement marqué ; nous avons fait des rencontres exceptionnelle avec deux critiques très accessibles et avenants, ils nous ont donné quelques ficelles du métier de critique. Cela m'a permis d'aborder cette profession et ses rouages de manières plus claire, de la découvrir sous un nouveau jours... C'est un métier divers, d'investigation, (il faut parfois faire quelques recherches sur un sujets donné pour avoir toute les clés de compréhension du film), et surtout d'analyse, d'attention et de réflexion. Nous avons découvert la croisettes et ses environs en soirée, c'était pour ainsi dire...magique et splendide à la fois, je me souviens je restais émerveillé à chaque coin de rue devant les belles bâtisse ; des étoiles plein les yeux des rêves plein la tête, toute émoustillée, essayant de réaliser tant bien que mal ce qui m'arrivait. Au vue de ce séjours fabuleux et cette chance inouïe je n'ai pas les mots pour exprimer ma gratitudes à tous les acteurs de ce séjours, tous les intervenants toute les personnes mobilisés : L'OFAJ et Mme Cavillan pour avoir cru en nous, avoir investi tant de moyens et de leurs personnes pour que cette semaine se passe au mieux, à ma formidable professeure D'allemand... à mon proviseur, Mme Mazouz pour s'être autant investie... Cette semaine a changé quelque chose en moi et m'a permis de réaliser certaines choses : chacun de nous porte en lui un potentiel, il incombe à chacun d'entre nous de prouver ce qu'il vaut en se surpassant... et ça je l'ai compris. J' apprend petit à petit à avoir foi en moi même et mes capacité et surtout désormais je m'octroie le droit de rêver !

Pierre :
Cannes en plein festival c’est assez beau, ça transpire l’artifice aussi mais c’est ce qui fait qu’on a tant envie d’y aller ! On a eu l’occasion de rencontrer d’autres jeunes qui partageaient un intérêt pour le cinéma et converser avec des Allemands qui ont une langue bien différente de la notre, chose qui au passage influence ostensiblement la manière d’appréhender et d’analyser le contenu. J’attendai beaucoup de cette semaine, avant tout de recevoir une instruction polyvalente qui nous inculquerait les plus justes manières de mener à bien une critique mais aussi une immersion dans l’univers de réalisateur, par l’analyse puis le dialogue.

Charles Tesson a su nous transmettre les valeurs & la passion qu’il a pour la critique avec une distance que justifie certainement sa carrière. Qu’on débute critique de film et qu’on s’accompli critique de cinéma, il entend par là qu’une critique pleinement aboutie réfléchit tant sur la substance et la forme du film que sa place dans l’univers cinématographique. La semaine de la critique est en réalité quelque peu particulière puisque les critiques de films, dont Charles Tesson, sont appelées à sélectionner des œuvres qu’ils souhaitent faire connaître et non pas nécessairement choisir parmi les plus riches, les plus originales ou les plus intelligibles.
Au cours d’un atelier de rédaction, Sandrine Marques nous a guidés dans l’élaboration d’un argumentaire de critique. Nous expliquant ainsi qu’il peut être bon de partir d’un ressenti pour son premier jet et qu’il était préférable de ne pas lister ni décortiquer chaque aspect de la réalisation et de l’écriture en mettant de côté son émotion. J’ai beaucoup apprécié le recul et le parti pris, qui clairement vinrent à manquer dans l’enseignement littéraire du lycée. Il paraît alors indispensable de s’essayer à la critique sans aspirer à trop d’envergure puis de gagner en sagacité pour forger ses propres outils.
Jörg Taszmann nous a quant à lui fait part de son expérience de critique à la radio et des impératifs qu’un tel média impose, ainsi que les formes diverses qu’une émission pouvait prendre.
Le métier de critique est assez mal rémunéré contrairement à ce que je me figurai, un article dans le Monde revient à une soixantaine d’euros quand une émission radio avec un montage et des interviews oscille entre cent-cinquante et trois cent cinquante euros en Allemagne selon l’importance du média.
Les échanges avec les réalisateurs Salvatore Lista et Oliver Adam Kusio, dans lesquels Xavier Leherpeur nous a guidés, se sont avérés très opportuns puisque leurs courts métrages étaient difficilement appréhendables, presque expérimentaux. J’ai apprécié les paroles de Salvatore Lista, qui nous a encouragé à nous lancer dans la création tout en nous remémorant qu’il faut produire pour progresser et ne point s’endiguer aux première embuches du métier.

Pour conclure, je tiens à remercier Mme Cavillan pour son affabilité et son implication ainsi que tous les partenaires de l’OFAJ, les chauffeurs (Benjamin!), les interprètes et Mme Vayssière pour cette mémorable semaine !

Océane :

l y a maintenant deux semaines, Yassine, Déborah, Mana, Pierre, notre professeure d’allemand Mme Vayssière, et moi avons passé un super séjour à Cannes dans le cadre de la 56e Semaine de la Critique. Durant celle-ci nous avons ainsi pu voir des films de la sélection de la Semaine de la Critique, en faire des critiques, rencontrer les réalisateurs de deux d’entre eux et monter les fameuses marches du tapis rouge.

Les séances de critiques n’étaient pas réellement comme je l’avais imaginé : écrire une critique ne nécessite pas forcément la rédaction d’un résumé très détaillé du film, mais se base plutôt sur nos ressentis, que l’on associe ensuite aux techniques utilisées, au jeu des acteurs et plus généralement à la mise en scène adoptée lors de la réalisation du film.

Ce que j’ai vraiment aimé lors de cette semaine a sans doute été la rencontre avec les réalisateurs des courts métrages Le visage et Ela – Sketches on a Departure. J’ai aimé poser des questions, avoir des précisions sur certains détails, connaître l’origine de la réalisation des leurs films.

Ayant été sélectionnés pour ce projet par l’Office Franco-Allemand de la Jeunesse, nous avons pu travailler également avec dix élèves allemands : cinq de Francfort et cinq autres de Tübingen. J’ai apprécié le fait de réunir des jeunes de différents pays partageant une passion commune, qui fait complètement tomber la barrière de la langue.

Cette semaine à Cannes ne m’a pas forcément donné envie de faire de la critique, mais a renforcé ma passion du cinéma et m’a incité à songer davantage à entrer dans ce milieu.



Comments